vendredi 23 juillet 2010

SORTIE MYCOLOGIQUE : 22 JUILLET 2010 - ST-JÉRÔME

Une sortie mycologique... ou plutôt un coup de chance qui relève fortement du hasard ? Pendant une promenade dans un boisé à St-Jérôme, on aperçoit de belles taches jaunes par-ci par-là qui s'avèrent être des chanterelles. En regardant de plus près, on découvre facilement bolets, polypores, mycènes, coprins, russules et plusieurs autres ! C'est un signe : la saison est réellement lancée.

Le petit boisé en question est situé en ville, preuve qu'on peut trouver des champignons partout et là où on s'y attend le moins. L'endroit est situé près d'une rivière et est assez mal drainé. Il y a plusieurs petits marécages, un peu de fougères et des espèces d'arbres mixtes, la forêt étant dominée par la feuillus, quoiqu'on y trouve aussi du sapin. On y trouve plusieurs souches ainsi que des troncs au sol. Et des araignées... beaucoup d'araignées ! Si seulement elles arrivaient à attraper tous ces maringouins !

La vedette de la journée a été sans contredit la chanterelle commune. Nous avons pu en récolter une livre et demie environ, en très peu de temps (et dégustées en moins de temps encore !). Elles étaient abondantes en bordures des sentiers, au pied des sapins.


De jolis coprins, possiblement des coprins écailleux, ont aussi été découverts. Étant donné qu'il faut éviter l'alcool 72 heures avant et après la consommation des coprins, nous n'avons pris que quelques spécimens pour l'identification puisque notre souper était accompagné de bière !



Le polypore du pommier, qui ne pousse pas que sur les pommiers mais sur plusieurs espèces de feuillus, nous a fait croire que nous étions en présence d'un hydne (nous l'avions nommé "l'hydne tablette" avant identification), mais il s'agit plutôt d'une espèce de polypore qui présente des pores longs.



Ces marasmes petite roue poussent sur le bois morts et sont de très petite taille : le plus gros faisait environ 1cm de diamètre et il était au moins trois fois plus gros que les autres spécimens. Très jolis, ils ressemblent à des méduses ou à des parapluies.



Ces bolets distingués sont rares selon McNeil, ce qui en fait une trouvaille très intéressante ! Environ cinq spécimens ont pu être observés. C'est un des rares bolets à avoir des pores brun chocolat, la plupart ayant plutôt des pores jaunes, blanc-crème ou rouge.

Des ramaires ont été découverts dans un tas de branches au sol. Plutôt jolis, ils sont faciles à rater si on ne regarde pas comme il faut, étant donné leur couleur.



De grandes quantités de bolets veinés ont pu être observés. Ce bolet possède des tubes qui rappellent les feuilles de chou et une forme particulière qui ressemble à un rein (dite "réniforme"). Selon McNeil, c'est un comestible médiocre, une mention suffisante pour qu'on ait envie d'y goûter quand même !


Des jolis petits champignons hérissons rose bonbon... Serait-ce des tubifères rouillés ?

Ont aussi été observés : pézize poilue, ganoderme des pruches, russule non identifiée (rose pâle et très piquante au goût), vieux pied de mouton, amadouvier, polypore du bouleau et amanite tue-mouche.

Voici la cueillette de la journée. Pas si pire pour un jour de semaine, non ?

2 commentaires:

  1. Bonjour!

    J'aimerais savoir ou est située exactement ce petit boisé.

    merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parcourir les sentiers en forêt fait partie du plaisir de chercher des champignons. C'est à force de chercher qu'on finit par trouver et si on ne trouve pas, eh bien ça fait quand même une belle sortie en forêt.

      Supprimer