mardi 15 mars 2011

LES AMANITES

Les amanites sont un groupe de champignons qui ont bien mauvaise presse au Québec et avec raison. Certaines espèces de ce groupe sont si toxiques qu'une seule bouchée suffit à tuer une personne. N'ayez crainte, ces espèces sont faciles à reconnaître. En fait, tout bon mycologue cueillant au Québec devrait apprendre à reconnaître ces espèces en tout premier lieu et éviter de consommer tout champignon non identifié qui pourrait correspondre à ces descriptions. Malheureusement, plusieurs personnes font fi de ce conseil et il y a régulièrement des cas d'empoisonnement mortel.

Un bébé amanite vireuse sort de son oeuf

Les amanites sont des champignons très communs au Québec et très coloré. Ils sont, à mon avis, la représentation idéale de ce à quoi devrait ressembler un champignon selon l'imaginaire populaire : un long pied, un grand chapeau parfois orné de flocons, de belles lames. Les champignons les plus couramment représentés ne possèdent-ils pas un chapeau rouge avec des points blancs ? On y reconnaît l'amanite tue-mouche, une espèce haute en couleur... et hallucinogène !

Une superbe talle d'amanites tue-mouche, très jolies mais hallucinogènes

Les amanites possèdent plusieurs caractères typiques, sans être exclusifs ni présents sur chaque espèce : un voile, une volve, des flocons, un pied bulbeux, parfois marginé. Malgré que ce groupe soit connu pour ses espèces hautement toxiques, il contient toutefois quelques espèces comestibles, notamment l'amanite de Jackson (Amanita jacksonii)- la plus belle selon moi, l'amanite fauve (Amanita fulva), l'amanite jaune paille (Amanita sinicoflava), l'amanite rougissante (Amanita rubescens) et l'amanite vaginée (Amanita vaginata). Néanmoins, ne vous risquez pas à les déguster à moins d'être absolument certains de l'espèce.

L'amanite de Jackson dans toute sa splendeur. Jeune, elle pointe son chapeau bien rouge en dehors d'un oeuf tout blanc, la volve.

Cette amanite fauve se reconnaît à sa petite taille, sa volve en doigt de gant, son pied sans anneau et sa marge striée.

On reconnaît les amanites par leurs lames libres. Leur chapeau peut être complètement lisse, garni de flocons ou à marge striée. Lors de l'identification d'une amanite, il est très important de bien observer son pied. En effet, celui-ci permet d'observer des caractères déterminants tels la présence d'une volve ou d'un pied marginé.

L'amanite à voile jaune est souvent confondue avec l'amanite tue-mouche. Bien qu'elles se ressemblent notamment par leur couleur, l'amanite à voile jaune est facile à reconnaître puisque, comme son nom l'indique, son voile est jaune, tandis que celui de l'amanite tue-mouche est blanc. Remarquez aussi le pied bulbeux caractéristique des amanites.

Il est faux de croire que les champignons consommés par les limaces sont comestibles pour les humains. Malgré l'appétit dont elles ont fait preuve sur cette amanite brunissante, je ne me risquerais pas à y goûter puisque sa comestibilité est inconnue et même suspecte selon McNeil.

Les espèces toxiques à connaître sont l'amanite vireuse (Amanita virosa), très commune, et l'amanite bisporigène (Amanita bisporigera), moins fréquente. Les deux sont de grands champignons entièrement blancs (pied, chapeau, lames, sporée) et sont difficiles à distinguer l'un de l'autre, mais peu importe car ils sont tous les deux également toxiques et mortels, même à petite dose.

L'amanite vireuse, courante dans nos forêts, est entièrement blanche : pied, lames et chapeau. C'est une espèce mortelle qu'on nomme aussi "Ange de la mort".

En terminant, il se peut que vous croisiez de drôles d'amanites qui ressemblent à un long pied avec un chapeau atrophié. Ce sont des amanites qui ont été parasitées par ce qu'on appelle la dermatose des amanites (Hypomyces hyalinus).

On se pose bien des questions la première fois qu'on observe une amanite parasitée !

5 commentaires:

  1. Merci Katia!

    J'adore tes explications et voir des photo des différents champignons :)

    RépondreSupprimer
  2. Ça me fait plaisir Manon !! J'ai tellement hâte au retour des champis, ça m'aide à patienter un peu...

    RépondreSupprimer
  3. >Chapeau-chapi,
    ils sont beaux tes champipi,
    tes champignons
    un mycologue averti

    RépondreSupprimer
  4. dans quel coin du québec peut-on trouver de l amanita tue mouche et a quel saison

    RépondreSupprimer
  5. D'abord, si ce sont les propriétés hallucinogènes qui vous intéresse, sachez que le trip se passera principalement assis sur une toilette avec des risques de se retrouver à l'hôpital. Ensuite, les tue-mouche sont très très fréquentes partout au Québec. J'en ai personnellement sur mon terrain de juin à octobre.

    RépondreSupprimer