mardi 19 juin 2012

SORTIE MYCO-FAUNO-BOTANIQUE : PRÉVOST - 16 JUIN 2012

Myco-fauno-botanique, rien de moins ! Et là je ne parle pas juste des maringouins pour ce qui est de la partie faunique... Une petite randonnée en forêt s'est transformée en une séance de découvertes plutôt intéressantes.


C'est encore un peu tôt en saison pour les champis, mais on a pu en observer quelques espèces. Les ramaires commencent à se pointer le bout du nez (et semblent attirer les limaces). Quelques champignons à lames étaient présents sur le terrain dont le tricholome à large feuillets et quelques autres. De plus, nous avons trouvé une jolie colonie d'hémitrichie petite coupe et un troupeau d'énormes polypores à feu.

Une ramaire sert de lunch à une limace

J'hésite entre plusieurs espèces ici...
 
Une colonie d'hémitrichie petite coupe qui pousse sur le bois mort

Cet arbre était couvert de polypores à feu tous plus énormes les uns que les autres !

Côté faunique, nous avons fait une rencontre peu banale. Au détour d'un sentier se trouvait un nid de gélinotte huppée que nous n'avions pas vu. Dès que nous sommes passées à côté, les bébés se sont sauvés et la maman s'est mise à nous intimider ! Court en travers du sentier en se hérissant les plumes, fait des bruits de petit chien (c'est pas comme si c'était épeurant quand même...). Nous l'avons observé un moment puis avons poursuivi notre chemin, la maman gélinotte nous poursuivant sur une bonne distance et nous criant de déguerpir. C'était particulier ! Sinon, nombre de grenouilles et crapauds ont pu être observés et nous avons eu le bonheur d'entendre une grive solitaire chanter.

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils sont bien camouflés dans leur habitat

Au niveau botanique, nous avons passé par toutes sortes d'habitats mais la forêt était principalement composée de feuillus (hêtres, chênes, érables) avec des zones marécageuses par ci par là. À un moment, on est tombées sur un champ de fougères. Et pour la première fois de ma vie, j'ai eu la chance de voir un petit prêcheur !!


Mon premier petit prêcheur !!! Il poussait près d'une petit ruisseau.

lundi 4 juin 2012

CAKE AUX PLEUROTES ROSES

Maintenant que vous avez cultivé vos pleurotes, vous ne savez pas quoi en faire ? Voici une petite idée pour vous, inspirée du livre Les bonnes recettes aux champignons de Minouche Pastier. Ce cake est absolument divin ! J'ai utilisé mon huile de homard et le goût allait à merveille avec les pleurotes et le vin blanc qu'on trouve dans ce cake. À refaire sans hésiter !


6-8 portions

150g de pleurotes roses (pesés une fois nettoyés)
150g de farine
2 oeufs
1/4 tasse d'huile (huile de homard pour moi)
1/3 tasse de vin blanc
5 tranches de bacon cuit, haché grossièrement
60g de cheddar râpé
1 cuillère à thé de poudre à pâte
Sel et poivre au goût

Faire revenir les pleurotes à feu moyen dans un fond d'huile pendant une dizaine de minutes en brassant souvent. Réserver.

Dans un grand bol, mélanger la farine, la poudre à pâte et les oeufs. Ajouter l'huile et le vin blanc. Bien mélanger. Incorporer le bacon, le cheddar et les pleurotes. Saler et poivrer.

Verser le tout dans un moule à cake (ou moule à pain) et cuire au four à 400°F pendant 5 minutes. Baisser la température à 300°F et poursuivre la cuisson 45 minutes, ou jusqu'à ce qu'un cure-dent piqué dans le cake en ressorte propre.

Laisser tiédir avant de démouler. Trancher et servir.

samedi 2 juin 2012

CULTURE DE PLEUROTES ROSES

En fouinant sur le web, je me suis rendue compte qu'on pouvait cultiver des champis dans le confort de son foyer. Au beau milieu du salon si on veut ! Quel ne fut pas mon plaisir de constater que justement, la Mycoboutique offre des sacs de substrats ensemencés avec du mycélium de différentes espèces. Pour ma part, j'ai opté pour le pleurote rose, une espèce exotique qui aime la chaleur et l'humidité. Je vous conseille d'ailleurs de la cultiver en été, l'air de la maison est beaucoup moins sec qu'en hiver.
           
Environ une semaine après le début de la culture
La technique de culture est on ne peut plus simple. Le kit est vendu dans un sac en plastique fermé muni d'une bouche d'aération. On conserve le sac au frigo jusqu'au moment de faire pousser les champis. Quand on est prêt, on coupe le haut du sac et on mouille le tout à grande eau, puis on laisse égoutter. On déposer le sac dans un plat, sur le dessus du frigo, à l'abri des rayons directs du soleil et on attend quelques jours. Dès qu'on voit les boutons poindre, on pratique une incision sur les deux côtés du sac et on le plie (comme des bords de pantalons !) pour donner de l'espace aux champignons qui vont grandir. Quelques jours plus tard, on a de magnifiques pleurotes roses prêts à être consommés. Calculer un peu moins de deux semaines entre le moment où on part la culture et le moment où on mange les champis. Quand les boutons se font voir le bout du nez, dites-vous que vous aurez une belle quantité de champis à manger 4-5 jours plus tard ! Pour ma part, j'ai attendu environ 5 jours avant de les cueillir. Les chapeaux avaient atteint 5-8 cm de diamètre environ et ils commençaient à blanchir. La prochaine fois je les cueillerai un jour plus tôt.

Environ une semaine et demie après le début de la culture - jour de la cueillette
Et maintenant, le verdict que vous attendez tous : est-ce que c'est bon ? Honnêtement, je n'ai pas vu de différence de goût ou de texture comparé aux pleurotes réguliers. Ça ne revient pas tellement moins cher que d'acheter des champignons à l'épicerie. L'intérêt réside plutôt dans le plaisir et la fierté de les voir pousser chez soi. Les sacs de pleurotes roses, ainsi que plusieurs autres espèces, sont en vente à la Mycoboutique pour environ 25$. On peut espérer obtenir environ 1 kg de champignons par sac.