lundi 30 mai 2011

SORTIE MYCO-BOTANIQUE : 30 MAI - ST-LIGUORI

Ouiiiiiiiiiiiiii ma première cueillette officielle de l'année !! Ce sont évidemment des polypores écailleux. Ce sont loin d'être les champignons les plus intéressants au niveau culinaire, mais ils sont parmi ceux que j'apprécie le plus, simplement car ce sont les premiers que je mange dans l'année (ça changera le jour où je trouverai une talle de morilles... !).

Vue sur la Ouareau. Ceux qui connaissent le coin sauront peut-être où je me trouve...


La Ouareau déchaînée, de toute beauté !


Les ruines dans lesquelles je cueille mes polypores écailleux. Ça a un certain charme, non ?


Je suis retournée à St-Liguori, au même endroit que l'an dernier et j'ai vu juste : les polypores sont au rendez-vous. C'est un secteur très feuillu où il y a des dizaines de troncs d'arbres tombés. À cet endroit, il y a deux secteurs où les polypores poussent en grand nombre. Le premier secteur, plus à l'ombre, ne présentait que des champignons très jeunes. J'ai décidé de les laisser pousser quelques jours encore. Je vais me fier au reportage de Manon sur la croissance du polypore écailleux pour savoir quand y retourner ! Le deuxième endroit, plus ensoleillé, présentait de beaux polypores écailleux bien dodus mais encore jeunes et tendres. J'ai sauté dessus. Euh, pas tout à fait... Je devais d'abord descendre une pente jonchée d'arbres morts et de pierres moussues, glissantes et instables... et remonter sur la pente de l'autre côté, tout aussi encombrée, et ce, au milieu des assauts incessants des maringouins (mais... je portais mon imper malgré les 29 degrés, j'étais protégée !).

L'endroit pentu, moussu et vaincu !


Ma récompense : presque 1 kg de chapeaux de polypores à mariner. Contrairement à l'an dernier, je n'ai cueilli que les chapeaux : ça facilite le transport et le nettoyage, et on a une meilleure idée de la quantité réelle de champignons cueillis (j'avais perdu la moitié de ma récolte en parties coriaces l'an dernier). Autre chose que j'ai apprise : ne pas mariner mes champignons ce soir. La dernière fois, j'ai été dans la cuisine jusqu'à 23h... un soir de semaine.

Je me sentais comme Boucle d'or et les trois ours... Celui-ci est trop petit. Je vais le laisser grandir un peu.


Ceux-ci sont trop gros, je vais les laisser à la forêt.


Ceux-ci sont pleins de plumes (!!?!?). Je vais passer mon tour.


Ceux-ci sont juste à point !!

Chemin faisant, j'ai pu observer bon nombre de plants de petits fruits : framboises, fraises, gadelles. J'ai aussi observé ces deux arbustres en fleurs. Seraient-ce un cerisier à grappes et... du sureau ? La qualité de ces images est très approximative car mon appareil était à ISO 1600 (je ne l'avais pas replacé suite à une photo de nuit... ma faute !).

Cerisier à grappe


Sureau

mardi 24 mai 2011

SORTIE MYCO-BOTANIQUE : STE-SOPHIE - 22 MAI

Première randonnée de l'année en compagnie de nos amis les maringouins. Il n'y a rien à faire, ils m'aiment. J'ai tout essayé : différentes marques de chasse-moustiques, ne pas me laver, me laver (ben quoi, faut un comparatif...), rien n'y fait. Jusqu'à présent, la seule façon que j'ai de les éloigner, c'est de porter mon imperméable toute la journée, même s'il ne pleut pas et qu'il fait chaud. Et encore, ils peuvent me piquer le visage, les mains et à travers les jeans (oui mesdames et messieurs, ils font ça les maringouins !). Je rêve de posséder un kit d'apiculteur, je ne vous dis même pas...

La saison des champignons n'en est qu'à ses premieres balbutiements encore, mais nous sommes en pleine saison des fleurs ! Malgré tout, j'ai réussi à observer quelques espèces de champignons pour mon plus grand bonheur. Le terrain visité était constitué d'un sentier central très large bordé d'une forêt assez dense. Il y avait beaucoup de zones humides (ruisseaux, marais), des zones entièrement feuillues et d'autres composées uniquement de conifères. Certaines zones humides étaient couvertes de mousse alors que d'autres secteurs situés sur des caps rocheux étaient couverts de lichen. Bref, un bel habitat varié pour les champignons. C'est certain que j'y retournerai en juillet (ne serait-ce que pour les framboisiers à perte de vue) et en août. Je crois bien être en mesure de trouver plusieurs espèces étant donné la diversité d'habitats.

Commençons d'abord avec les champignons observés lors de la randonnée. Vous remarquerez que plusieurs des sujets photographiés sont couverts de pollen. C'était la saison ! Ou bien c'est une forêt très poussiéreuse... !!

Je n'ai jamais vu autant d'amadouviers sur une seule souche !


Le nodule noir du cerisier (Dibotryon morbosum) est très commun mais on ne le remarque que rarement ou on ne sait tout simplement pas que c'est un champignon. Il entoure les branches des cerisiers à grappes et des cerisiers de Pennsylvanie.


De vieilles oreilles de Judas bien trop sèches pour être mangées !

À chaque printemps, je vois le polypore cinabre (Pycnoporus cinnabrius). On l'aperçoit de loin avec sa belle couleur rouge-orangée.

Il y avait beaucoup de pézizes orangées dans certains secteurs de la forêt (particulièrement les zones de conifères) mais elles étaient toutes en fin de vie. J'ai tenté d'en cueillir une et elle m'a éjecté ses spores au visage !

La saison des polypores écailleux (Polyporus squamosus) est commencée ! Je devrai donc visiter mon "spot" cette semaine et me faire un beau pot de champignons marinés ! Ce polypore était plus gros que ma tête, woah !

Le polypore pinicole (Fomitopsis pinicola) était très présent dans cette forêt. J'ai pu en observer à différents stades de croissance.


De jolis petits polypores que je n'ai pas pu identifier ! Sous leur chapeau, ils ont un réseau de pores de couleur crème très peu serré. Pourtant, je les vois souvent ces petits !


Je vois ce champignon à tous les printemps et je ne suis pas encore certaine de ce que c'est. Un laccaire peut-être ?


Difficile de dire ce que sont ces champignons ! À première vue, j'irais vers la famille des trémelles. Trémelle foliacée en développement peut-être ?


Il me semble avoir déjà vu ces champignons l'an dernier. Ils poussent au milieu des sentiers sablonneux. Je ne saurais dire ce que c'est !


Et passons maintenant aux plantes, où il y a pas mal d'inconnues ! Si vous connaissez les plantes non identifiées, n'hésitez pas à m'en faire part !

De jolies violettes mauves et blanches. Les mauves étaient de bonne taille mais les blanches étaient minuscules ! Les abords du sentier étaient entièrement tapissés de ces fleurs.


Les trilles aussi se déclinaient en deux couleurs : la rouge et la blanche et rose. Je n'ai pas vu de trille entièrement blanche. Une prochaine fois !


La viorne à feuilles d'aulne est absolument fascinante avec son centre garni de petites fleurs blanches elles-mêmes entourées de grosses fleurs blanches.


Je crois bien que ces fleurs sont celles d'un cerisier, et laissez-moi vous dire qu'il y en avait beaucoup dans ce secteur !


Est-ce un plant de bleuets ? J'ai honte de dire que je ne les reconnais que lorsqu'ils ont des fruits !!


Les fleurs suivantes me sont inconnues mais elles sont fort jolies !

lundi 23 mai 2011

SECONDE VOCATION : LA BOTANIQUE

C'est décidé, je me lance maintenant en botanique ! Il y a longtemps que les plantes sauvages m'intéressent, autant pour leur beauté, leur diversité que pour leur comestibilité. Je ferai donc maintenant des sorties "myco-botaniques".

L'idée de parler de plantes sur ce blog me vient de deux sources. D'abord, puisque je passe beaucoup de temps en forêt même lorsqu'il n'y a pas de champignons, j'ai aussi appris à reconnaître certaines plantes. Je dis "reconnaître" dans le sens où je peux affirmer : "Celle-là je l'ai déjà vue, elle fait des fleurs jaunes." Mais je suis encore très débutante au niveau de l'identification. Ma deuxième source d'inspiration est le blog de Manon, qui publie régulièrement ce qu'elle observe près de chez elle. Elle s'y connaît drôlement (surtout comparée à moi !). Ça m'a donné le goût d'aller me promener un peu derrière chez moi. Voyez ce que j'ai pu y observer ! C'est fou la diversité qu'on peut trouver tout près de chez soi !


Les fraisiers sont très présents au Québec et ils sont en fleurs !


Le framboisier, une autre plante courante et bien connue au Québec.


Le gadelier, celui-ci avec fleurs vertes (photo du haut). J'ai aussi mis une photo des feuilles (photo du bas).


Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir de beaux plants de violettes mauves ! Les fleurs sont comestibles... mais ça ne goûte pas grand chose, c'est plutôt décoratif.

Bon, je crois avoir identifié cette talle d'arbustes mystérieux. Il semblerait que ce soient des pruniers. À moins que ce ne soient des cerisiers ? Je mets une photo des fleurs (haut) et des feuilles (bas). Les fleurs sont très odorantes et dégagent une odeur de fleur d'oranger à plusieurs mètres.


Encore une fois, je ne suis pas certaine pour celui-ci. J'opterais pour un amélanchier, surtout qu'il me semble que l'année dernière, cet arbre donnait des fruits noirs. Les pétales des fleurs étaient déjà presque toutes tombées quand j'ai pris la photo hier. La floraison est donc ou bien précoce, ou bien de très courte durée.


Ces fleurs-ci étaient encore en boutons. Je retournerai dans quelques jours pour voir s'ils ont éclos !


À identifier ! Je n'ai aucune idée de ce que c'est !


Et une autre plante qui a besoin d'identification !

vendredi 20 mai 2011

DES CHAMPIGNONS... À LA MAISON ?

Un tout petit mot, juste pour dire qu'il y a vraiment des champignons partout et qu'on n'a pas besoin d'aller bien loin pour en trouver. La preuve : voyez cette Pézize des domiciles (Peziza domiciliana) qui pousse sous ma porte patio elle-même située dans un trou de béton (lire : mon balcon de sous-sol). Il paraîtrait que c'est comestible. Personnellement, je ne me risquerais pas avec tout le va et vient qu'il y a à cet endroit... et tous les visiteurs qui le fréquentent, dont plusieurs chats et une moufette !

Un beau bouquet de pézizes des domiciles... pleines de poils de chats !

vendredi 6 mai 2011

SORTIE PRINTANIÈRE : MASCOUCHE - 6 MAI

Ça y est, j'ai vu mes premiers champignons frais !! En fait, je les ai vu hier à Terrebonne (des trémelles, des corticies rouges et des tas d'oreilles de judas), mais il pleuvait et je ne pensais pas en voir alors je n'avais pas amené mon appareil photo. Je l'ai regretté ! Toutefois, je l'ai amené aujourd'hui. Les observations ont été moins abondantes, mais c'est fait, j'ai photographié des trémelles de l'année !

Je suis allée au parc de l'Étang du Grand Coteau qui porte bien son nom car il est en effet constitué d'un étang... et d'un coteau ! C'est un boisé urbain de bonne dimension avec des habitats très variés : marécage, pinède, cédrière, bétulaie, ruisseau, etc. Il y a par endroit de bons dénivelés et des ravins (on ne texte pas en marchant SVP !), sans compter des fosses immenses au milieu des sentiers à plusieurs endroits (mais pourquoi ?). On y trouve aussi une grande piste cyclable (sous la ligne électrique) et des sentiers de randonnée qui se transforment en sentiers de raquettes et ski de fond en hiver.

Voici l'étang. Pas de chance, je n'ai pas vu de canards aujourd'hui.


Un petit ruisseau tranquille

Et le coteau. Vraiment, les gens jettent n'importe quoi dans la nature... surtout dans les boisés urbains.


Les voici, les voilà ! Les vedettes ! Mes premièred trémelles palmées de l'année ! La saison mycologique est lancée, c'est parti mon kiki !


Un gros arbre était tombé en travers du sentier, laissant derrière lui un énorme ganoderme des pruches.


Les tramètes versicolores, cette fois dans les tons d'orange et brun. Très jolies !


Dans un secteur du boisé, il y avait littéralement un tapis de trilles rouges. C'était de toute beauté !


Je ne suis pas très connaissante en matière de fougère, mais il me semblerait que celle-ci pourrait être une fière représentante de la matteucie fougère à l'autruche (connue sous l'appellation "Tête de violon"). Celles-ci seraient probablement trop vieilles pour être mangées, mais elles possèdent les écailles brunes caractéristiques. Ou peut-être que je me trompe.